Un centre à votre écoute : 01-43-78-69-44

Cabinet proposant l'examen :

L’imagerie du sein - Mammographie numérique et Tomosynthèse 3D

Qu’est ce qu’une mammographie?

La mammographie est une radiographie  des seins, qui donne une image en contraste de gris. (la glande mammaire est blanche et la graisse est grise).

Elle utilise des rayons X à très faible dose, en toute sécurité.

Nous sommes équipés d’un mammographe STEPHANIX de dernière génération du constructeur HOLOGIC. Il  résulte des innovations technologiques et des progrès de l’ergonomie de ces dernières années, permettant d’obtenir les images de haute qualité et un meilleur confort pour la patiente.

L’imagerie standard 2D est complétée par des images en 3D qu’on appelle la tomosynthèse, qui améliore la détection et l’analyse des anomalies.

Quand réaliser une mammographie ?

1- Pour dépister : Elle permet de rechercher un cancer du sein ou une lésion à risque de cancer du sein chez des patientes qui n’ont aucun symptôme.

2-Pour diagnostiquer : chez une patiente qui se plaint d’un symptôme (douleur, nodule, écoulement du mamelon…) la mammographie recherche la cause.

Comment se déroule la réalisation d’une mammographie ?

La patiente se met torse nu debout face au mammographe.

La manipulatrice positionne la glande mammaire sur une plaque et comprime doucement et progressivement pour étaler la glande.

Classiquement, on réalise sur chaque sein 2 incidences (face et oblique). Parfois, des incidences complémentaires sont nécessaires.

L’examen dure quelques minutes.

Le radiologue visualise les images sur une console dédiée de lecture et de post traitement qui permet d’optimiser l’interprétation des images.

Les appareils pour l'échographie mammaire

Est ce que ça fait mal ?

Le ressenti lors de la mammographie est très variable en fonction de la sensibilité du sein le jour de l’examen. Certaines patientes ne ressentent qu’un simple pincement non douloureux, d’autres ressentent une douleur qui reste supportable et ne dure que quelques secondes.

La manipulatrice reste toujours à l’écoute des patientes.

La compression du sein est limitée par un mécanisme de sécurité.

A quelle période doit-on passer une mammographie ?

Idéalement, la mammographie doit être réalisée au début du cycle c’est à dire quelques jours après le début des règles.

Les seins sont moins douloureux et le radiologue étudie mieux la glande mammaire.

Chez les femmes ménopausées, il n’y a pas de période particulière.

A quel âge doit-on passer une mammographie ?

A partir de 50 ans, toutes les femmes doivent passer une mammographie tous les 2 ans. (voir dépistage ADOC)

Certaines femmes auront des contrôles plus fréquents ou plus ciblés en fonction de leurs antécédents personnels ou familiaux.

Avant 50 ans, votre médecin évalue l’intérêt de faire une mammographie au cas par cas.

Avant 35 ans, on réalise rarement une mammographie et l’examen de référence est l’échographie.

Est-ce que les prothèses mammaires gênent l’analyse de la mammographie ?

La présence d’implants mammaires (prothèses mammaires) n’est pas une contre-indication à la réalisation d’une mammographie et ne limite pas son interprétation.

Le radiologue vérifiera leur intégrité par une échographie.

Qu’est ce que le dépistage national organisé du cancer du sein?

C’est un dépistage du cancer du sein qui concerne les patientes entre 50 et 74 ans.

Les femmes reçoivent une invitation pour réaliser une mammographie de dépistage tous les deux ans.

L’objectif est de dépister des petits cancers à un stade précoce afin de les traiter de façon plus efficace avec un meilleur pronostic.

Après 74 ans, nous conseillons aux femmes de poursuivre le dépistage individuel car le risque de cancer persiste.

 

Pensez à rapporter vos anciens examens

Echographie Mamaire

L’échographie est une technique facile d’accès, non irradiante, et inoffensive.

Il existe plusieurs situations qui conduisent à la réalisation d’une échographie mammaire :

-Il y a une anomalie détectée en mammographie : l’échographie est réalisée de façon ciblée, afin de préciser la nature, la taille de cette anomalie et la cas échéant de guider des prélèvements (ponction, biopsie). Une anomalie ne correspond pas forcément à un cancer, il peut s’agir d’une anomalie bénigne.

-Il n’y a pas d’anomalie en mammographie : l’échographie sera réalisée à la recherche d’une anomalie non détectable en mammographie, dans des seins moyennement denses ou denses.
-L’échographie peut être réalisée seule, sans être associée à une mammographie, notamment chez la femme avant 40 ans, en cas de signes cliniques.


Pensez à rapporter vos anciens examens​

Les prélèvements : La cytoponction, la microbiopsie, la macrobiopsie

Ils permettent de déterminer la nature de l’anomalie et de savoir si c’est un cancer ou une lésion précancéreuse ou un nodule bénin.

Les prélèvements sont rarement douloureux. En général, les patientes repartent soulagées, en avouant avoir beaucoup trop anticipé et stressé, compte tenu du peu de douleur ressentie.    

Le radiologue vous explique la procédure au fur et à mesure. N’hésitez pas à lui poser des questions et à lui faire part de vos observations lors de l’examen.

Vous pourrez travailler, manger et boire normalement après un prélèvement.

Il est recommandé de limiter les sports violents pendant quelques jours et de ne pas vous baigner.

Les résultats seront adressés à votre médecin sous 8 à 10 jours, merci de prendre RDV avec lui pour qu’il vous communique les résultats.

La cytoponction :

C’est un prélèvement réalisé sous contrôle échographique.

La patiente est allongée sur le dos ou sur le coté.

La radiologue visualise l’image à prélever avec sa sonde échographique.

A l’aide d’une très fine aiguille, il va cibler la lésion et aspirer un liquide qui contient des cellules qu’il étalera sur de fines plaques de verre. Lorsqu’elles sont sèches, il les enferme dans une boite qui sera acheminée vers le laboratoire pour une analyse cytologique.

Il n’y a pas de cicatrice résiduelle, parfois une ecchymose (un bleu) qui régressera spontanément.

La microbiopsie sous échographie :

C’est un prélèvement réalisé sous contrôle échographique.

La patiente est allongée sur le dos ou sur le coté.

La radiologue visualise l’image à prélever avec sa sonde d’échographie.

Après une anesthésie locale, il va cibler la lésion et prélever 3 à 5 petits fragments de la lésion qu’il mettra dans un pot de formol puis qu’il enverra au laboratoire pour une analyse histologique.

 

Il est important de prévenir l’équipe médicale si vous êtes sous aspirine ou sous anticoagulants ou bien si vous êtes allergique à la Bétadine (désinfectant) ou à la Xylocaïne (produit utilisé pour l’anesthésie locale)

La macrobiopsie:

C’est un prélèvement réalisé sous contrôle mammographique ou échographique. Il dure environ 40 minutes et nécessite une anesthésie locale.

Si l’intervention est réalisée sous contrôle mammographique, on cible en général des microcalcifications (dépôts calciques punctiformes)

La patiente est allongée sur le coté (plus rarement en position assise) et le sein est comprimé pendant toute la durée de l’examen.

La radiologue visualise l’image à prélever sur une image mammographique centrée sur l’anomalie.

Après une anesthésie locale, il va cibler la lésion et prélever 6 à 12 petits fragments de tissu qu’il mettra dans un pot de formol puis qu’il enverra au laboratoire pour une analyse histologique.

 

Si l’intervention est réalisée sous contrôle échographique, on cible un nodule ou une modification de l’architecture du sein.

La patiente est allongée sur le dos et le radiologue visualise la cible en échographie.

Après une anesthésie locale, il va cibler la lésion et prélever 6 à 12 petits fragments de tissu qu’il mettra dans un pot de formol puis qu’il enverra au laboratoire pour une analyse histologique.

A la fin de la procédure, le radiologue met en place un clip au niveau du site du prélèvement. Le clip est une minuscule agrafe en titane. Il permet de reconnaître la zone prélevée dans le sein afin de réaliser une surveillance ou bien de guider un geste chirurgical si besoin.

Après la procédure, il peut se former un hématome qui se résorbera progressivement. Une petite cicatrice de quelques millimètres sera visible après retrait du pansement.

Il est important de prévenir l’équipe médicale si vous êtes sous aspirine ou anticoagulants ou bien si vous êtes allergique à la Bétadine (désinfectant) ou à la Xylocaïne (produit utilisé pour l’anesthésie locale

Réalisation & référencement Créer un site internet de radiologue

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.